Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 décembre 2016 5 30 /12 /décembre /2016 09:21

Un petit bout de temps que je voulais revenir par ici...

Un petit bout de temps que j'avais envie de vider mon sac...

Depuis 2015, les choses n'ont guère évoluées énormément...

Tout de même un peu !!

J'ai réussi à me relever, à reprendre confiance en moi et à aller au travail sans une boule au ventre... Le harcèlement moral et psychologique subi par grandchef et petitchef est derrière moi...

Bon ok; si je croise l'un des deux, je suis toujours tétanisée et aucun mot ne peut sortir de ma bouche... ce fut le cas, lorsque j'ai croisé grandchef lors de la nuit des musées dans ma ville ! Heureusement pour moi, deux amies étaient là... J'ai juste pu tendre machinalement une main pour juste le saluer...

J'ai repris le sport ! Cela va faire un an, que j'ai réussi à enfin reprendre une activité de façon régulière... Par contre, j'ai encore des petits signes de faiblesse... Mais bon, je me surpasse. Cependant, impossible de reprendre le footing comme avant... J'ai tenté à plusieurs reprises, mais là ,cela bloque encore... Je ne désespère pas. Un jour... qui sait ? En attendant, je m'amuse en cours collectifs. Au départ, il a fallu surmonter la foule, enfin un nombre supérieur à 10 personnes (!), le regard des autres, accepter que j'étais devenue non-sportive... J'ai mis plus d'un mois en allant à un cours où il n'y avait quasiment personne ! A présent, je peux aller à n'importe quel cours et j'arrive à me dépasser.

Sinon, cette année est aussi l'année des déceptions... surtout en cette fin d'année... Voilà pourquoi je reviens par ici... J'ai besoin de l'écrire.

Une amie très ancienne est en train de me mettre de côté de plus en plus... En fait, j'avais déjà remarqué qu'elle ne m'appelait que lorsque son mari était bien loin... Bref, j'avais compris qu'un truc clochait... Mais là, tout simplement, on ne se voit plu de tout, elle vient dans ma ville et ne cherche même pas à me voir... Mon dernier SMS reste SMS mort... comme beaucoup... Donc, bye bye cette amie... Je vais doucement la "sortir de ma vie"... Cela fait mal. Mais à un moment, il faut savoir tourner une page et avancer.

Ce n'est pas la seule déception de cette fin d'année... Mon père... Lui aussi, je le sors doucement de ma vie... Mes parents sont divorcés. C'est acté depuis longtemps...

Pour Noël, c'est soit disant jamais compliqué chez nous, puisque mon père ne fêtait jamais Noël, avant... Sauf que là, cette année, il parait qu'il va le fêter... Je dis bien, il parait, parce que je ne suis pas invitée... Oui, oui !! Il a invité mon frère, sa femme le 24 au soir à fêter Noël, avec sa compagne, les enfants de sa compagne et lui... Mais moi, NON ! Lorsque je le vois, sa réponse est éloquente, "tu sais bien que je ne fais rien pour Noël !"

Je sais que mon père a toujours eu des préférences, mais là... c'est horrible d'inviter un de ses enfants et pas l'autre... Certes, je n'ai pas été seule. J'ai passé le 24 au soir, avec ma mère. Et au final, j'ai vu mon père le 26 au soir, durant une petite heure... Mon frère n'ose plus me regarder en face. Mon père continue de me mentir honteusement...

Donc, 2016 se termine en demi-teinte...

Mon père reste mon père, mais je ne veux plus rien de lui...

Cette amie sort de ma vie...

Voilà pour les quelques points négatifs.

J'ai repris goût à la vie et surtout je suis à nouveau épanouie dans mon travail et j'ai repris le sport, cet équilibre à ma vie !

 

Repost 0
19 juin 2014 4 19 /06 /juin /2014 18:49

... le paradis...

 

Une année scolaire de plus va bientôt se terminer...

Pour moi, elle fut différente des autres, et surtout, elle fut assez mouvementée...

J'ai enfin décidé de mettre fin à trois années de harcèlement moral de la part de ma direction...

A présent, je peux utiliser les mots, je peux les écrire, je peux en parler... presque en parler...

Je n'ai pas été la seule à subir leurs agissements... malheureusement...

Seront-ils punis ? Je n'en sais rien...

 

La seule chose que je sais, je m'en suis sortie, j'ai été entendue, écoutée... et j'ai eu ma mutation pour un autre lieu plus joli logiquement !!

En fait, depuis le retour des vacances de printemps, je n'ai plus remis les pieds dans ce lieu...

C'est bizarre comme quoi il y a des dates qui reviennent...

Il y a quelques années, j'avais appris autour du 1er avril que mon ex me trompait...

Et là, en 2014, c'est environ au même moment, que j'ai décidé de m'arrêter...

Cela faisait trois semaines que mon médecin me tendait la main en m'indiquant qu'elle me faisait un arrêt dès que je le voulais...

En une semaine, mon enfer est devenu pire que d'habitude... Je partais tous les jours en pleurant, je ne dormais plus, je ne mangeais plus... Je n'y arrivais plus... Chaque jour, je pouvais les croiser jusqu'à quatre fois dans une matinée... J'avais l'impression d'avoir une puce électronique et j'en devenais parano !!! J'avais peur...

 

J'ai donc pris la place de mes harceleurs et je suis allée au bout de mes démarches en demandant une énième audience...

N'étant pas la première à aller plus haut, un audit a été fait... les conclusions sont inconnues à ce jour...

 

J'ai fini mon année dans un autre lieu, avec une étiquette un peu particulière... d'un côté, je suis passée pour une traître aux yeux de mes anciens collègues... un rat qui ose quitter le navire !! et d'un autre, j'ai dû subir des suspicions de la part de mes nouveaux collègues... une petite nouvelle qui arrive ainsi en fin d'année pour ne remplacer personne passe pour une pistonnée...

 

A présent, tout ceci est fini, j'ai enfin ma mutation, je suis enfin libre, mais fragile et détruite...

Je continue mon travail avec ma psy pour retrouver ma confiance et mon envie de faire mon travail.

Et oui, il y a eu un moment où j'ai demandé à être reclassée, j'ai même pensé à démissionner. J'y pense toujours, car j'ai toujours cette peur au fond de moi de vivre une nouvelle fois la même chose. Je ne le supporterais pas...

Il y a une cassure au fond de moi, qui a beaucoup de mal à cicatriser... C'est horrible de vivre avec cela. Je souris, je tente de vivre comme si tout allait bien, mais je ne vais pas bien encore. Je ne sais pas si je vais pouvoir faire de nouveau mon travail avec la même passion et la même envie... tout cela à cause d'eux...

 

Autour de moi, tout le monde m'a trouvée forte. Que dire à cela ? Je suis seule... il faut bien que je le sois... sinon la solution était le suicide, comme ma collègue l'an dernier et la tentative de celle de cette année... Comme j'ai toujours dit à ma psy, je ne veux pas me faire de mal, je ne veux pas mourrir, par contre, je veux leur faire du mal à eux...

 

Je sais que la colère et la rancoeur n'apportent rien... personne ne peut imaginer la souffrance que j'ai subi, vécu...

J'ai été humiliée, rabaissée dans mon travail... Ils ont tenté de montrer que je ne savais pas faire mon travail, de me pousser à la faute professionnelle...

 

Je ne veux plus jamais revivre cela. Je ne souhaite jamais à personne de vivre tout ceci.

Je me revois encore totalement tétanisée avant mon entretien individuel...

Je me revois dire à une amie, ils sont trop gentils, que va-t-il m'arriver ?

Je me revois aller à faire un main courante à la police, parce qu'ils ne protégeaient pas.

Je me revois aller à mes différents rendez-vous avec mes et leurs supérieurs, la peur au ventre, me demandant si on allait me croire...

Je me revois en avril passer ma visite de reprise à la médecine du travail, avec la peur d'être jugée inapte ou apte avec une réserve...

Je me revois me présenter en milieu d'année dans un autre établissement, prendre mes marques et me lancer dans un nouveau monde, cherchant des réponses à des questions où je ne pouvais pas dire la vérité...

 

A présent, une page se tourne...

Je n'irai pas à mon pot de départ...

Je dirai au revoir à personne...

Je pars par la petite porte et espère que les vacances arriveront à cicatriser un peu quelques plaies pour que je puisse recommencer une année différente des trois autres.

Repost 0
23 avril 2013 2 23 /04 /avril /2013 20:05

Souffrir en silence...

Ne plus rien dire...

Accepter l'inacceptable...

Les regarder droit dans les yeux et leur faire croire que tout va bien...

 

Chut...

Non, il ne faut pas dire cela...

Non, il ne faut pas demander cela...

 

Mais pourquoi vouloir une vie comme les autres ?

Mais voyons, en 2013, la médecine ne peut toujours pas vous soulager !!

 

Cesser de rêver...

Cesser d'y croire...

Cesser d'exister...

 

Voilà les derniers discours véhiculés par les différents médecins qui me suivent...

La seule solution proposée : faire une psychothérapie pour accepter mes douleurs, mes maux... et surtout ne plus leur demander une solution qui n'existe pas...

 

Je vais donc me taire... prendre un traitement sans rien dire... mentir à chaque rendez-vous...

J'ai perdu tout espoir... et me résigne à vivre dans un monde où les douleurs seront mon quotidien... mais chut... il ne faut plus le dire, je dois me taire...

 

Mais quelle idée ai-je eu de croire que la médecine allait m'écouter et essayer de soulager mes douleurs ?

 

Je dois vivre ainsi... je dois me relever encore une fois... je ne dois plus vouloir vivre comme tout le monde, en toute légèreté...

 

Chut... je n'ai rien dit...

Chut... je ne dis plus que j'ai mal...

Chut... je dois vivre ainsi...

Repost 0
24 octobre 2011 1 24 /10 /octobre /2011 17:34

J'ai décidé, il y a quelques temps de prendre du recul vis à vis de ma bulle virtuelle...

J'ai décidé de ne plus parler de tous ces maux qui peuplent mes jours, mes nuits...

J'ai conscience que tout le monde a ses problèmes, ses difficultés...

J'ai aussi compris, il y a bien longtemps, que la souffrance devait rester très souvent silencieuse vis à vis des autres...

 

J'ai donc décidé de ne plus en parler ici... comme je le fais dans la vie de tous les jours.

Tout n'est jamais simple, j'ai passé des mois difficiles et à ce jour, je recommence à retrouver un équilibre, un vrai équilibre.

Le plus délicat est de le préserver et de le consolider...

 

Mais je suis sur la bonne voie... même si les douleurs restent là chaque jour...

 

Donc à présent, la souffrance sera silencieuse ici... et je vais tenter de redonner un peu de légèreté et de gaieté à cette bulle virtuelle !!!

Rendez-vous sur Hellocoton !

PS : il s'agit de mon 100ième article !!

Repost 0
20 septembre 2011 2 20 /09 /septembre /2011 18:17

Il y a quelques jours je pensais que tout s'apaisait...

Il y a quelques jours je faisais confiance à ce spécialiste...

Il y a quelques jours je n'avais pas eu ce second avis...

 

A présent, je suis perdue... je ne sais plus quoi faire... qui croire...

J'avais déjà eu des doutes en février, suite aux propos du spé-chir... mais mon esprit avait décidé de ne pas en tenir compte... et de faire confiance à ce spécialiste qui avait su prendre la bonne décision au bon moment...

Je le trouvais dernièrement assez frileux et distant vis à vis de mon cas... comme si, il ne savait pas quoi faire, ni comment me dire qu'il préférait passer la main... et ne plus me suivre...

J'avais donc décidé de prendre un autre avis... de voir quelqu'un d'autre... avec la peur au ventre... la peur d'entendre des choses que je n'avais point envie d'entendre... le peur de me rendre compte que j'avais raison de ne plus faire confiance à ce spécialiste...

Et là, une nouvelle fois, tout m'explose en pleine figure...

Une nouvelle fois, on me pose des questions dont je ne connais pas les réponses... et pourtant, il faudrait que je les connaisse !!!

Une nouvelle fois, on m'explique que je ne peux pas rester ainsi sans traitement... même si c'est ce que je souhaite... que c'est de la folie et que je dois être raisonnable...

 

Une nouvelle claque en pleine figure... une nouvelle fois, je dois écouter et comprendre les mots que l'on me dit...

Je pensais être 6 mois tranquille, 6 mois sans avoir aucun traitement à prendre... Mais là, si je suis cet avis, cela ne sera pas le cas...

Un autre traitement pour 6 mois.... un examen à faire rapidement... suivi d'un second... celui que je redoutais...

 

Je ne sais pas quoi faire...

 

Ce soir, en sortant du rendez-vous, je n'ai pas été capable de pousser la porte d'une pharmacie pour aller chercher le traitement...

 

Je ne sais pas quoi faire...

 

Je sais que je suis la seule à pouvoir prendre la décision... la seule à pouvoir choisir...

 

Je ne sais pas quoi faire...

 

Demain j'appelle un autre spécialiste pour avoir un autre avis... un troisième avis...

Je sens bien que l'avis du jour est le bon... mais j'ai juste peur une nouvelle fois des complications éventuelles, des effets secondaires...

 

Demain, je prends un énième rendez-vous... qui j'espère arrivera à me rendre sereine... et surtout m'aidera à refaire confiance au corps médical...

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
28 mars 2011 1 28 /03 /mars /2011 20:26

En ce moment je ne suis guère présente par ici ou ailleurs même...

Je déserte ce lieu, je déserte vos blogs... non pas par envie... mais juste parce que je suis épuisée, fatiguée...

 

Je n'arrive pas à me relever réellement de cette nouvelle annoncée un 25 février... même "pré annoncée" le 24 au soir...

 

Je tente de garder la tête bien au-dessus de mes problèmes et d'offrir un magnifique sourire chaque jour dès que je quitte mon appartement... pour n'effondrer de fatigue en y rentrant le soir avec toujours autant de questions... questions dont je ne connais pas les réponses et où il est impossible de les donner.

 

Je tente que cela n'influe pas sur mes activités, ma vie... mais ce n'est pas simple tous les jours...

Je me sens toute petite et surtout impuissante face à cette maladie... maladie où il n'existe aucun traitement pouvant l'éradiquer. Je dois apprendre à vivre avec... Je dois apprendre à composer avec douleurs, fatigue et doute...

 

Après une réflexion intense, j'ai accepté de suivre le traitement... le plus "lourd" et donc peut-être le plus efficace pour endormir la maladie durant quelques temps... mais cela est impossible à dire aussi... Tout va dépendre de comment mon corps va réagir... J'ai signé dans un premier temps pour 3 mois... si cela se passe bien et que la maladie s'est un peu endormie, je reprends le traitement pour 3 mois... Dans tous les cas, il faudra ensuite que je vive avec... que j'accepte son évolution et les futures opérations... tout en espérant que la maladie disparaisse comme elle est arrivée... Oui, il est beau de rêver... beau d'espérer... mais pourquoi pas ?

 

En attendant, je tente d'apprivoiser les effets secondaires et surtout d'en limiter la casse... Je n'en parle pas beaucoup autour de moi... Je sais pourtant que je ne dois pas la nier...

 

Dès que je sombre un peu trop, je vais voir mon médecin qui tente au mieux de répondre à mes questions et trouver des palliatifs à mes maux... mais cela n'est pas simple... surtout lorsque je refuse d'entendre les choses... que je refuse d'accepter la maladie... que je refuse ces ordonnances... que je ne décolère pas de la froideur et du peu d'humanisme qu'a fait preuve le chirurgien en m'annonçant les choses...

Il tente tout simplement de me faire accepter ma nouvelle vie, de m'aider à retrouver mon équilibre, ma joie de vivre... et d'y croire encore...

 

 

 

Repost 0
8 février 2011 2 08 /02 /février /2011 21:03

Plus cela va, plus je me rends compte que je dois tout noter, ou que l'on me demande de tout noter.

Déjà, dans mon travail, la note est reine et permet d'apprécier le travail des gremlins... même si parfois cette dernière est un peu dure et ne reflète pas réellement le travail et les efforts fournis par certains gremlins...

Mais bon, c'est ainsi, il faut mettre une note, il faut donc arriver à évaluer leur niveau grâce à un nombre... même si actuellement, ces notes sont très décriées et remises en question au profit de compétences acquises ou non.

 

Ces nombres que je manipule donc tout au long de la journée sont aussi rentrés dans ma vie de tous les jours.

Ainsi, chaque jour, je dois évaluer sur 10 mes douleurs, ma fatigue, mon énergie, afin que j'adapte au mieux le traitement à prendre. Par exemple, mes migraines ne sont plus simplement évaluées sur leur durée, mais aussi sur leur intensité.

 

Ainsi, chaque fois que je vois de mon médecin, il commence par un rapide tour de mon état général en répondant par une note à chacune de ses questions.

Je suis ainsi capable d'évaluer qu'avec un 4 sur 10, il me sera inutile de prendre un zomig et qu'un simple antalgique, voire deux suffiront. Par contre dès que le 6 est atteint, il est préférable de vite agir, si je ne souhaite pas être obligée de m'allonger et disparaître dans le noir.

J'ai donc appris à évaluer mes douleurs depuis très longtemps...

 

Cependant, en ce moment, il m'est difficile de vraiment mettre une note... puisque depuis début janvier, je suis de nouveau retomber en surdosage d'antalgiques... avec l'accord du centre de la douleur évidemment !! Jusqu'au mois de mars, je peux combler mes bonnes ou mauvaises notes en prenant un petit cachet, sans me soucier des conséquences... et surtout sans penser qu'une fois de plus, je détruis tous mes efforts faits durant ces derniers mois, afin de descendre ma consommation d'antalgiques à un nombre convenable... et permettant même d'envisager l'arrêt de ce traitement de fond que je déteste. J'ai eu l'autorisation d'user et d'abuser de ces petits cachets afin de passer au mieux ces quelques mois...

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
26 janvier 2011 3 26 /01 /janvier /2011 20:13

Il y a une semaine et un jour, je venais de vivre ma journée et ma nuit les plus longues...

Il y a une semaine et un jour, je comprenais que cette intervention, soit-disant de routine, ne le serait guère pour moi...

Il y a une semaine et un jour, je me sentais toute petite face à ce corps qui ne répondait pas au soin et a préféré dire stop...

Il y a une semaine et un jour, je me suis prise une claque en pleine face...

Il y a une semaine et un jour, j'ai eu peur...

 

Peur de ne pas arriver à donner le change...

Peur de ne pas pouvoir contrôler mes douleurs...

Peur de ne pas arriver à rassurer mes proches bien loin...

Peur de ne pas accepter que oui, il fallait que je sois moins active...

Peur d'être dépendante des autres...

 

A présent, je commence à me sentir mieux.

A présent, je ne peux plus voir une aiguille sans avoir les larmes qui montent aux yeux...

A présent, je sais que le risque zéro n'existe pas...

A présent, je fais plus attention et je m'écoute un peu plus...

A présent, je suis, un peu plus, mes traitements à la lettre... surtout en apprenant que le 17 je dois y repasser pour une autre chose...

 

Ainsi va la vie, ainsi va ma vie.

J'ai toujours appris à tout gérer, toujours appris à ne pas m'inquiéter, à relativiser et à faire comme si de rien n'était...

Là, je sais que c'est un mauvais passage, juste un autre truc à passer et ensuite, tout rentrera dans l'ordre.

Cela fait parfois peur, cela inquiète... Mais moi, c'est mon quotidien. J'ai toujours jonglé ainsi et cela n'a jamais affecté mes activités, mon travail, ma vie perso. Je le gère seule et très bien.

 

Donc, je tourne une page, je tourne cette page... Et hop, bonjour légèreté !! Je redeviens une râleuse souriante à qui il arrive toujours quelque chose de peu commun !

Repost 0
17 janvier 2011 1 17 /01 /janvier /2011 22:32

"Il n'y a que les gens superficiels qui se connaissent." Oscar Wilde

 

Pourquoi tant de futilités ? de superficialités ? de papillonnages ?

 

J'ai l'impression d'être une extra-terrestre dans ce monde.

J'ai l'impression de ne plus comprendre les gens qui m'entourent, d'avancer à contre-sens.

 

L'important est d'afficher une liste toujours plus grande de pseudo-connaissances...

Un jour, je te parle, je t'apprécie et tu es mon ami... et hop, le lendemain ou quelques jours après, tu n'existes plus, je ne te parle plus... Je te zappe aussi vite que j'ai pu te rajouter sur ma liste d'amis...sans pour autant te supprimer... mais juste en t'ignorant.

 

Je ne comprends vraiment pas ce mode de fonctionnement... peut-être parce que je n'agis pas ainsi et je ne sais pas agir ainsi.

Pour mes amis, je suis toujours présente... à n'importe quelle heure du jour ou de la nuit.

Il m'est déjà arrivé de parcourir plus de 1 200 kilomètres en une nuit, afin d'aller chercher une amie prête à faire une bêtise.. de passer toute une nuit à écouter un ami, ne sachant pas vers où il allait et surtout ne supportant plus sa vie... J'ai donné et je donne de mon temps, sans compter, sans penser une seule seconde à moi...

 

L'amitié est une chose précieuse et surtout quelque chose de plus en plus rare...

 

Mais en fait, pourquoi un tel constat ?

 

Peut-être tout simplement parce que depuis mon déménagement vers le soleil, je ne suis pas arrivée à trouver, ici, des amitiés sincères et précieuses comme celle avec Miss V. ou Miss C., connues lors de mon passage dans le froid...

Du coup, j'ai de plus en plus l'impression que rien ne me retient ici... et je songe, une énième fois, à partir de ce lieu, de cette ville où je n'arrive guère à prendre mes marques, à construire ma vie...

Pourtant, je ne reste pas dans ma bulle, dans mon monde... je sors, je découvre cette ville chaque jour un peu plus... mais, point de personne avec qui réellement créer un lien.

Au départ, j'ai pensé que j'avais gardé trop d'attaches avec là-haut, afin de vivre pleinement ici.

Certes, je ressens très souvent le regret de ne plus y être... surtout après avoir passé presque 4h au téléphone avec Miss V. à refaire le monde, à parler de tout et de rien...

Ici, point de personne avec qui passer autant de temps au téléphone... point de personne avec qui parler de tout et de rien, avec qui échanger, avec qui parler sans mettre des barrières... Juste quelques connaissances... mais rien de plus.

Mais bon, rien de tout ceci n'est ni dramatique, ni grave... juste un peu frustrant et agaçant...

Bienvenue dans ce monde superficiel... où je ne trouve pas ma place.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0
9 janvier 2011 7 09 /01 /janvier /2011 21:39

Au hasard de mes lectures bloguesques, je suis tombée, il y a quelques jours, sur cette tirade chez l'Anonyme.

C'est non sans émotion et satisfaction que je me suis lancée dans la lecture de ce passage, revoyant même la scène du film...

Et là, arriva ce qui devait arriver... Je ne pus m'empêcher de me replonger, une énième fois, dans la lecture de  On ne badine pas avec l'amour d'Alfred de Musset, juste pour lire ce passage que j'affectionne tout particulièrement.

.

"Tous les hommes sont menteurs, inconstants, faux, bavards, orgueilleux et lâches, méprisables et sensuels ; toutes les femmes sont perfides, artificieuses, vaniteuses, curieuses et dépravées ; le monde n'est qu'un égout sans fond où les phoques les plus informes rampent et se tordent sur des montagnes de fange, mais il y a au monde une chose sainte et sublime, c'est l'union de ces deux êtres si imparfaits et si affreux. On est souvent trompé en amour, souvent blessé et souvent malheureux ; mais on aime, et quand on est sur le bord de sa tombe, on se retourne pour regarder en arrière, et on se dit : J'ai souffert souvent, je me suis trompé quelquefois ; mais j'ai aimé. C'est moi qui ai vécu, et non pas un être factice créé par mon orgueil et mon ennui. "

 

 Ainsi donc fini l'acte II, par cette tirade de Perdican adressée à Camille, tirade étudiée telle un poème, lors de l'étude de cette pièce de théâtre l'année de mon bac français.

 

Je me souviens encore de la passion avec laquelle j'avais pu étudier chaque scène, chaque passage...

Je me souviens encore des remarques de mon prof légèrement misogyne et donc de mon envie de le contredire et d'aller plus loin dans l'étude de cette tirade...

Je me revois boire ses paroles et surtout ne pas arriver à argumenter quoi que ce soit, vis à vis de son analyse fine et juste... et surtout j'entends encore son : "Et bien Mademoiselle Bubulle, vous n'avez rien à dire aujourd'hui ? Êtes-vous malade ?"

En effet, ce jour-là, je n'avais rien à redire à son analyse... J'ai juste répondu : "Non, je ne suis pas malade. Je ne souhaite juste pas m'exprimer sur ce sujet."

Sa réponse ne se fut pas attendre : "Et bien pour le cours suivant, vous nous donnerez votre analyse, en espérant que cette fois-ci, je puisse comprendre quelque chose !" En effet, il adorait me lancer un : "Je n'y ai rien compris mais cela doit être bon, même pour une femme." en me rendant mes copies...

 

Grâce à ce prof de français, je me suis enfin passionnée pour cette matière, matière que tant d'autres avaient réussi à me faire détester... certainement mon esprit de contradiction...

 

Au final, je ne me souviens plus réellement de l'analyse que j'ai pu faire de cette tirade... juste d'une bride de ma synthèse.

Dans ce monde, rien n'est parfait, rien n'est jamais acquis. L'important est de vivre et d'exister en faisant ses propres expériences et non à travers celles des autres. Peut-être ne ressemblons-nous pas à nos souhaits, nos envies, mais pourquoi vouloir à tout pris se travestir en un être si parfait. Profitons de la vie, cessons d'écouter les  autres et osons vivre, osons aimer, osons nous tromper. Vivons notre vie et non celle d'un autre. Faisons nos propres choix... et surtout ne nous interdisons pas d'aimer, de le le dire, de l'exprimer, de le montrer...

Rendez-vous sur Hellocoton !

Repost 0

Parfois Je Me Présente...

  • : my miscellaneous
  • my miscellaneous
  • : Ma bulle d'oxygène dans ce monde...
  • Contact

Allo, y a quelqu'un ??


Hellocoton

Suivez-moi sur Hellocoton


Archives

Parfois Je Vais Par Là-Bas...